retrouvez nous sur facebook
Locomotive 221 PLM série 2971 à 2990 devenues 221 A 1020

Locomotive 221 PLM série 2971 à 2990 devenues 221 A 1020

Livré en kit à monter.

Les premières locomotives du type 221 « ATLANTIC » apparurent en France en 1900 sur le réseau du NORD.
Devant le succès rencontré par ce type de machines, l’EST, l’ETAT, le PO et le MIDI en firent construire.
Le PLM quant à lui ne s’intéressa à ce type de machines qu’à partir de 1909.
Ces 221 du PLM étaient directement issues de la série des 230 à grandes roues série 2601 à 2760, devenues par la suite 230B.
Les premières machines étaient dépourvues de sablières et n’en reçurent une qu’à partir de 1913.
En 1924 elles furent numérotées 221 A 1 à 20.
Elles assuraient les rapides légers de Paris à Dijon et Avignon, Paris à Vichy avec des trains internationaux tels que Paris/Rome, Simplon Express…
Par la suite, elles assurèrent du fait de leur faible adhérence des trains légers et rapides sur Lyon/Nîmes.
Dans les années 30, une mode venue d’Allemagne était aux trains carénés ultra rapide.
Le PLM pensa ainsi utiliser ces machines pour ce genre de service, en transforma par application de la surchauffe, d’un réchauffeur ACFI et autres modifications afin d’en améliorer encore les performances.
Elles reçurent à cette occasion un tender de 30 m3, une partie d’entre elles fut carénée.
Des voitures OCEM furent spécialement transformées pour constituer des rames homogènes.
Les 7 machines transformées accumulèrent les exploits, elles couvraient les 512 km de Paris à Lyon en 4h46 à une moyenne de 108,6 km/h arrêts compris.
Les vitesses de ces trains en pleine marche atteignaient 140 km/h, le sommet de la rampe de Blaisy était franchi à la vitesse de 120 km/h.
Le succès auprès des voyageurs fut tel qu’afin de pouvoir augmenter les charges remorquées elles furent par la suite remplacées par des 231 G.
Après démontage de leur carénage, ces machines finirent leur carrière dans les banlieues de Lyon, Avignon, Besançon, Marseille 7 figurait encore à l’inventaire de la SNCF en 1948.

Chez LOCO-DIFFUSION, ce modèle découlera naturellement de celui de la 230B.
L’étude de ces machines est très avancée, elles bénéficieront des magnifiques roues de la 220 C qui figure dans la gamme, car dans la réalité ces machines avaient des roues identiques.